« La Fenêtre de Dieu » de Cédric BLONDELOT

516khuq5djl-_sx195_

Un petit bijou, un coup de cœur, un roman fabuleux !!!

Vous l’aurez compris, j’ai adoré « la fenêtre de Dieu ».

Le héros, Tolbiac Juillet, nous emmène avec lui du début à la fin dans un tourbillon fantasque : un homme, une histoire, deux vies. L’une réelle et l’autre faisant partie d’une dimension parallèle.

Et oui, chaque jour nous prenons des décisions qui nous permettent d’avancer, de stagner, ou de reculer. Que se passerait-il, si d’un coup nous tournions dans cette rue au lieu de prendre l’autre ? Tolbiac Juillet, va avoir la chance, ou la malchance, d’en faire l’expérience et celle-ci lui permettra peut-être de découvrir qui il est.

Une première partie déroutante, des personnages fabuleux de non conformisme et surtout un personnage principal attachant mais complétement en marge, plein d’humour mais totalement pommé.

Une histoire intense, drôle, et touchante qui m’a embarqué dès les premières lignes. Des heures de lectures, passionnée par les aventures de Tolbiac, et une fin magnifique pleine de surprises.

Je ne peux rien dire d’autre sans spoiler l’histoire, mis à part fortement vous conseiller de vous le procurer auprès de son auteur qui, sur demande, vous l’enverra dédicacé.

Je finirai tout de même par un petit coup de gueule : Cédric BLONDELOT s’est auto édité car il n’a pas trouvé de maison d’édition. Je sais que les goûts ne se discutent pas mais je ne comprends pas. J’ai lu des navets qui ont trouvé preneur. Comment un tel roman, n’a jusque-là, pas réussi à trouver de maison d’édition. J’espère que le bouche à oreille, grâce à la page Facebook au nom du héros créée par l’auteur pour faire connaître son roman, finira par lui ouvrir des portes.

Merci à Cédric de m’avoir contacté pour me présenter son livre. Sans ça je serais, malgré les merveilles que peuvent faire les réseaux sociaux, passée à côté.

Le résumé à lui seul, devrait suffisamment vous interpeller pour avoir envie de lire :

« De l’autre côté de l’Atlantique, à Chicago, une femme meurt dans l’incendie de son appartement.
Deux ans plus tard, le 31 Juillet 1979, rue de Tolbiac, en plein Paris, un nouveau-né est abandonné dans un kiosque à Journaux. Alors qu’il chiait sur Le Monde et pissait sur L’humanité, un couple le trouva et l’adopta
Il fut appelé : Tolbiac Juillet. 
Adulte, Tolbiac devient magicien. Ne lui demandez jamais de tour avec des colombes, il les déteste. Quant à son lapin, il n’en a plus. Il l’a bouffé la veille. Mais Tolbiac n’est pas seulement doué pour la prestidigitation, il est aussi un pickpocket de génie. 
Sa vie bascule tandis qu’il fume une cigarette dans les toilettes d’une piscine. Il n’en sortira jamais. 
Aspiré par la cuvette. Oui, aspiré !
L’impensable se produit alors. Dans le monde où il émerge, Tolbiac découvre la vie qu’il aurait eue s’il n’avait pas été abandonné. »

Bonne lecture

Delphine

Publicités

2 réflexions sur “« La Fenêtre de Dieu » de Cédric BLONDELOT

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s